Hors-séries,  Thématique

La quarantaine par une rêveuse

10ème jour en quarantaine… (23.03.20) :

C’est marrant parce que, pas plus tard qu’avant hier on parlait d’Anne Franck avec ma maman. Par rapport au fait que celle-ci soit restée 25 mois enfermée, et que le moindre bruit aurait pu mettre en péril tous leurs efforts… C’est fou que les gens se prennent la tête alors qu’ils ont une chance inouïe ! Je ne parle pas bien sûr des sans-abris, pour lesquels cela doit être très compliqué, mais des personnes qui ont la chance inconsidérée de posséder un toit, de quoi se nourrir (d’ailleurs je trouve cela aussi un peu dingue, on se croirait en temps de guerre ! Quand je vois ma maman qui déteste les provisions et qui se contente d’acheter le strict minimum, et quand cette dernière me raconte qu’il n’y a plus rien dans les rayons… Que vont faire les gens avec 50 kilos de farine et d’huile, on ne va pas très loin avec que ça… mais, bref, …), de quoi s’occuper, etc… Je pense que cette période va faire beaucoup de bien pour ce monde. La pollution a d’ailleurs déjà baissé de manière considérable en Chine et dans bien d’autres pays…

Je tiens aussi à noter que la planète est un fait, mais les gens qui y vivent en sont un suivant. Je suis presque sûre que les gens vont changer, vont apprendre à revivre, à faire attention à eux, aux autres. Le monde tel qu’on le connaissait avant ce virus allait bien trop vite ! On vivait sans trop savoir pourquoi ; c’était normal de se retrouver dans un café pour parler de telle ou telle chose. Mais finalement, était-ce vraiment nécessaire ? L’argent pouvait être gaspillé pour des actions qui n’étaient très certainement pas utiles. C’est quand nous ne pouvons plus voir personne, que nous nous rendons compte de l’importance que nos proches ont dans nos vies, dans celle de chacun… L’humain va réapprendre à vivre différemment. (Je peine à assembler mes pensées, pour pouvoir les traduire avec des lettres, des mots, des phrases et tout ce qui permet de laisser une trace… C’est important pour moi de comprendre l’humain, de savoir comment il fonctionne, de connaître ses faiblesses et ses forces, celles de chacun, car tout le monde est différent, et c’est encore plus captivant. Certains vont réagir et se relever, d’autre s’apitoyer… Pour ma part, je prends cela du bon côté. Je suis chez moi, avec mon univers, j’avance à mon rythme et profite du temps qui reste pour continuer les travaux qui me tiennent à cœur. Je ne vis pas dans l’avenir, ni dans le passé, mais maintenant, avec mes doigts qui courent sur le clavier. C’est en vue de cela-que j’aspire à cette quarantaine, à ce confinement. Ce jour, le 23.03.2020 à 13.54 ne sera plus jamais, alors autant en profiter et le savourer 😉 !

Il y a aussi une chose que j’aimerais ajouter, je trouve que ce virus est une bénédiction, car, il me permet d’avancer dans mes projets, de créer, d’innover. Mon blog va faire un bond de géant et je me sens grandir et motivée. Des recettes, des voyages, des photographies et tout ce qui peut me correspondre. Un endroit, un univers, mon univers. J’écoute de la musique, fais de la pâtisserie, souris au téléphone en entendant la voix de mes ami(e)s, regarde des films… Malgré ma « panne de lecture », je vis pour d’autres phénomènes, et j’écris, beaucoup. Je rêve aussi, parce que je suis une rêveuse, et cette activité qui me nourrit, nourrit ma patience, ma créativité, mon inspiration, nourrit la personne que je serai demain… Je me souviens de la citation que j’avais créée pour la devise du camp, « chaque minute et seconde que je vis aujourd’hui, forgeront la personne que je serai demain »… Finalement, j’estime que cette phrase pleine de sagesse (ne nous le cachons pas !), n’a pas pris son sens lors que ces 4 jours dans la montagne, mais, désormais ! Voilà de quoi méditer au cours de ces six semaines !

Sur ces mots, je souhaite que tous prennent conscience de ce qu’ils possèdent autour d’eux, et principalement des personnes… On attend l’avenir, pour finalement parler de nos souvenirs…

 

C’est le 37ème jour,

soit le 19.04.2020. Et je me pose devant mon clavier pour ajouter quelques mots. Je tenais à vous poser une question, sans bien sûr connaitre votre réponse mais juste pour vous. Est-ce qu’il y a de quoi mépriser cette quarantaine/confinement ? Voilà, je vous répondrai pour ma part : loin de là. Car, cela enrichit la société. Pensez-vous que ces concerts entre voisins par les fenêtres ou autres auraient lieu ? Les rendez-vous en appel vidéo avec votre voisin ou voisine, les partages en tout genre (recettes, musique, littérature…) ? Notre monde trouve des solutions pour garder ce contact et je trouve cela merveilleux, dans le sens que l’humain a un besoin vital de solitude, cependant partager des moments avec autrui le complète. Telle était ma question, pourtant je voulais me prononcer sur un sujet qui m’exaspère : les médias. Sérieusement ! Quand vont-ils cesser de nous alarmer avec leurs propos incessants, de nous accabler de nouvelles effroyables ou ne serait-ce que répétitives. Oui, restons chez nous, oui, protégeons-nous, oui, des gens ne veulent pas coopérer et comprendre l’enjeu de la situation… Ainsi c’est leur problème, personne ne peut obliger un être à rentrer dans un système même au profit de la population ! Je crains qu’apeurer la société n’est pas une méthode favorable au bon fonctionnement de cette dernière. Nous sommes en guerre, effectivement, contre un virus, qui se pourrait bien être de nature humaine. Je n’en dis pas plus là-dessus car, je me ferais un plaisir de mener le débat mais tel n’est pas le sujet et la raison. Ce débat il faut le porter de vive-voix. Pour clore ce jour, je demande un appel à un « cessez-le-feu » (nous sommes apparemment en guerre, autant jouer avec 😉) de l’engouement des médias envers cette situation pour le moins exceptionnelle. Cependant, je ne néglige pas le fait qu’ils possèdent un rôle d’informateur nécessaire, mais, à bon escient ! Je suis au fait que ma demande n’atteindra certainement pas ceux pour qui elle est destinée, mais je le dis. A ce propos je tiens à ajouter que ces fameux médias n’ont rien d’autres à se mettre sous la dent néanmoins, ils peuvent en profiter pour révéler les moments positifs, bénéfiques, simplement les bienfaits de notre planète.

Je n’oublie pas de proclamer un merci haut et fort à tous ceux qui respectent et travaillent pendant cette crise. Je ne suis pas pour les répétitions des phrases qui sont dites à tout bout de champs, sans sincérité, mais je pense que cette fois, je peux faire une exception 😊.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *