Chroniques

Dix petits nègres – Agatha Christie

Bonjour graines de livre,

Sans vous mentir, ça fait un petit moment que cet article traîne au fond du tiroir et il serait temps de peaufiner tout ce petit monde (et ce n’est pas la seule qui attend son heure… oopsi). Sooo, action !

Le résumé :

Sans vous en dire davantage, ce sont 10 personnages invités dans une maison, soi-disant, très moderne… Sur une île qui aspire à beaucoup de rumeurs. L’île du nègre ! Elle avait, selon certains, était achetée par une star d’Hollywood. Des journaux avaient aussi insinué que l’amirauté britannique s’y livrer à des expériences ultra secrètes quoi. C’est sans dire que, quand ces 10 personnages, amenés par un passé tourmenté, reçurent une invitation assez vague sur cette fameuse île, tous accoururent sans réellement connaître l’origine de cette étrange missive.

Mon avis :

Je ne saurais vous dire comment ce livre est passé de bof, bof, à incroyable. Car, effectivement, ce bouquin est une pépite ! Bon déjà, les bons polars, dans le fond, ils nous laissent toujours sans voix, mais alors là… « 10 petits nègres et certainement le plus haut sommet de l’œuvre d’Agatha Christie  » disait-on dans la postface. Je ne suis pas la mieux placée pour juger, étant donné que je n’ai pas lu une quantité suffisante de ses livres pour juger. Néanmoins, pour l’instant, ça reste un parcours sans faute. On essaie de comprendre la vie de chacun, les fautes qu’ils sont censés avoir commises, et l’étrange tordu qui aurait pu élaborer un truc pareil. Ce jeu d’ombres terrifiantes, dans une maison luxueuse, sur une île écartée de toute civilisation. Pendant la totalité du livre j’ai essayé de trouver qui pourrait bien être l’individu dérangé (parce que franchement il ne doit pas être parfaitement net) à l’origine de ce cauchemar et pour vous dire que je me suis franchement plantée. Cependant je n’ai pas envie de vous en dire trop – je sens déjà que si je tape un mot de plus sur mon clavier je vais m’emballer -, car je me mordrais les doigts de vous avoir spoilé, ou juste d’avoir fourni trop d’informations. Le bouquin est court et les éléments s’enchaînent vite, même si sans trop savoir pourquoi j’ai trouvé parfois le temps long. Alors ce sera la chronique la plus courte de l’histoire, je n’appellerais donc pas cet article une véritable chronique, mais un appel à la lecture 😉.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *